citation

Image du Blog carteries.centerblog.net

"A défaut de comprendre qui nous sommes et d'où nous venons, je ne pense pas que nous puissions réellement progresser " Louis B. Leakey

samedi 16 décembre 2017

Les contes de Solman - A travers la Maison XII : à ce Grand Tout...



Et voilà la fin du voyage pour notre petite bande, la dernière étape avant de démarrer un nouveau cycle.

La maison XII représente effectivement la fin d'un cycle, l'apprentissage de l'âme et des émotions les plus profondes. C'est là où nous abandonnons toute possession au profit d'une fusion avec le tout, après avoir assimilé les résultats de nos expériences. C'est dans ce secteur que nous renonçons à notre personnalité propre.

Elle représente aussi l’inconscient collectif mais aussi familial, l’enfermement (sous toutes ses formes, volontaire ou non), les épreuves qui nous sont présentées pour nous permettre d’évoluer, de grandir, de développer notre spiritualité, gagner en sagesse. C'est le secteur du silence, une maison d’introspection, là où nous pouvons tirer les leçons de nos expériences, en comprendre le sens et en intégrer l’essence. C’est une maison de détachement, de renoncement.

La XII représente aussi tout le vécu de la phase intra-utérine du point de vue de la psychogenèse. C'est de cet univers fusionnel que l'enfant s'arrache au moment de la naissance tandis que l'Ascendant représente pour lui l'émergence au monde de la dualité et l'avènement à une première indépendance.

La maison XII est en analogie avec le signe des Poissons et maîtrisée par la planète Neptune.


... à ce Grand Tout


Unis dans un sentiment de fraternité indestructible, le groupe pénètre dans la pièce XII. La porte se referme et disparaît en déclenchant une pluie torrentielle.

Soleil hurle de douleur. Voyant la détresse de leur ami, les planètes se rassemblent autour de lui et forment un rempart aux gouttes d'eau grâce à leur propre corps. Lune cherche du regard s'il n'y a pas de scaphandre pour son partenaire. Neptune, se doutant de ce que Lune tente de trouver, lui fait signe qu'il n'existe pas de combinaison protectrice ici. Mars a immédiatement l'idée de vouloir en fabriquer une, Neptune lui répond par la négative : cette pièce est totalement vide.

Venus : Qu'allons-nous faire ? Soleil ne tiendra pas longtemps comme ça. Ne voyez-vous pas qu'il se meure ?

Uranus : Et en plus, l'eau ne s’écoule pas, elle monte… Aucun d’entre nous n'est en sécurité...

Tout à coup, Mars s'écroule et regarde ses amis, stupéfaits. Il crie qu'il ne sent plus ses jambes.
Venus, affolée, court vers lui pour le relever, en vain. Lorsqu'elle se retourne pour demander de l'aide, elle surprend le regard affolé des autres sur elle, ils sont comme dégoutés. A son tour, elle crie, paniquée :

Venus : Quoi ? Qu'avez-vous à me regarder comme ça ?

Mercure veut la prévenir mais aucun son ne sort de sa bouche, il recule tandis qu'il gesticule pour tenter d'expliquer ce qui lui arrive. Venus regarde ses mains et hurle d'horreur : sa peau est fripée et vieille, ses doigts sont tordus. Elle pose immédiatement son regard dans l'eau et y distingue son reflet.  Elle comprend que sa beauté s'est envolée, elle se cache le visage et pleure.
Uranus voulant la réconforter tente de se déplacer mais s'aperçoit que tout son corps reste immobile. Il est bloqué, comme statufié, il ne peut ni parler, ni bouger, il peut juste entendre ce qui continue de se passer : ses amis, l'un après l’autre, font l'expérience de la privation de leur don, ce qui représente leur peur la plus profonde.
Saturne essayant à son tour de s'occuper de Mars sent un craquement dans son corps. Contenant sa douleur physique, il s'oblige à réessayer, un deuxième choc se fait sentir dans sa chair. L'os de son bras est en miettes et pend lamentablement le long de son corps. Il regarde les autres, apeuré tandis qu'il s'écroule, les jambes en morceaux.
Lune est maintenant la seule à protéger Soleil qui s'est évanoui de douleur. Elle tente de se gonfler au maximum espérant faire bouclier à la pluie, mais plus elle essaye de s'agrandir, plus le résultat est contraire : elle rétrécit et devient maigre. Elle s'obstine pourtant, voulant protéger son amour mais ne parvient qu'à devenir vide et creuse. Elle ne ressent plus rien lorsqu'elle jette un œil à son compagnon, l'abandonnant à son triste sort.
Jupiter en un minimum de temps devient ridiculement petit, il hurle pour ne pas se faire écraser par les autres et se noyer dans ce qui est pour lui devenue une mer immense tandis que les autres ne voient qu’une petite étendue d’eau stagnante dans laquelle ils ont pieds. Neptune le prend dans ses mains et observe la réaction de Pluton, tout en restant très calme. Ce dernier sourit à pleines dents. Il ricane.

Pluton : Et bien, je vois qu'ici les peurs les plus profondes sont vécues. Neptune, auriez-vous copié ma propre pièce ? Ce n'est pas grave, je ne vous en veux pas, d'autant que cette pièce n'a pas d'effet sur moi étant donné ma connaissance extrême de ma personne. Maintenant, vous voilà tous au fait des choses : c’est moi le chef.

Neptune : Etes-vous sûr d'être réellement hors de danger ici Pluton ? Pensez-vous être aussi conscient de vous-même que vous le dites ?

Pluton, étonné de l'attitude de Neptune, s'apprête à le bousculer et à lui faire ravaler ce qu'il considère comme de l'arrogance lorsque le noir total l'envahit. Il se touche les yeux et constate qu'il est devenu aveugle. Pluton maudit la pièce de son collègue avec véhémence.

Neptune : Vous ai-je copié ? Non, je ne le pense pas. Je suis au-dessus de tout cela. Je ne suis pas plus un miroir de vos peurs, je suis un ensemble, dont vous faites tous ici l'expérience.

Neptune se déplace alors vers une porte que personne n'avait remarquée. En un mouvement de bras, il fait apparaître un brouillard si dense et si opaque que les planètes se retrouvent dans un état nébuleux. Il avance doucement avec Jupiter dans ses mains.


Jupiter : Qu'est-ce que j'entends au fond de moi ? Est-ce de la… musique ? C’est ça, la musique ?

Neptune : Oui, en effet ! Et cette musique est particulière : elle est la mélodie de ton cœur. Est-ce que c'est agréable ?

Jupiter : Cela semble triste et ne pas me correspondre...

Neptune : Pourquoi, toi, si joyeux de nature ?

Jupiter : J'ai perdu ma joie avec ma grandeur, je ne perçois plus mon optimisme dans cette mélodie qui semble… peinée.

Neptune : Crois-tu réellement que ce sont tes rondeurs et ta grandeur qui font que tu imposes ton optimisme ? En d'autres mots, crois-tu sérieusement que parce que tu as perdu ta carrure, tu ne peux plus être expansif ?

A ces mots, Jupiter sent que l'espoir en lui revient, il se rend compte que son ami a raison et que son caractère jovial et aventureux ne peut en aucun cas disparaître. Il se surprend même à penser qu'en étant plus petit, son optimisme naturel est plus fort, plus « concentré », plus indestructible. Sa foi en lui-même devient plus forte.

Jupiter : Je crois que j'ai compris la leçon Nept ! En étant petit, je ne perds rien de ma superbe et je dirai que j'y gagne quelque chose : ma taille et mes rondeurs ne me gênent plus, je peux me faufiler partout et découvrir de nouvelles choses que je n'aurai pas pu découvrir avant. C'est merveilleux, poses-moi s'il te plaît, j'ai hâte ! Oh, mais la musique se fait plus joyeuse tout d'un coup, c'est même… grandiose !

Neptune s'exécute et met Jupiter sur le sol à l'abri de l’eau. En une fraction de seconde, Jupiter retrouve sa taille normale. Devant eux, il constate la présence d'une dizaine d'écrans de télévisions retraçant les quêtes de chaque planète depuis le début de leur aventure.

Neptune : Tu as compris, tu es en pleine conscience de ce que tu es. Je te laisse maintenant regarder ses écrans et faire le bilan de ton parcours et ainsi prendre le recul nécessaire sur ton identité et peut-être tireras-tu de toutes ses expériences, le sens de tout cela. Je vais aider les autres...

Jupiter peut observer Soleil, Lune et tous les autres y compris lui-même, il comprend alors la nécessité de s'unir dans un destin commun, que chaque planète a un rôle qui lui est propre au service de quelque chose de plus grand, de plus magnifique. Il est en osmose avec ce lien, il le sent, tout est lié dans un Grand Tout, il en pleure de joie. Il attend que les autres viennent découvrir la Vérité. La porte à ses côtés s'ouvre instantanément et il exprime sa joie en prononçant le mot de passe. Sa fiche personnelle apparaît alors devant lui dans la boîte aux lettres accrochées à la porte, il se sent prêt à remplir les éléments manquants et s'exécute. Un bras articulé se saisit de ce précieux document et l'entraîne dans la pénombre de la nouvelle pièce, les anges invitent Jupiter à entrer sans attendre.

Neptune décide d'aller aider Venus, plongée dans la déprime. Il la réconforte comme il peut mais n'y parvient pas, il l'entraîne alors dans le brouillard loin des autres, qui commencent à avoir peur de lui.

Mars : Regardez ! Il est étrangement calme. Je suis sûr que si cette pièce n'a aucun effet sur lui c'est parce qu'il est le mal absolu, le mal n'agit pas sur le mal ! Il va tous nous tuer !

Saturne : Vous avez raison.  Mercure, suis-le ! Ce n'est plus notre ami, nous sommes en grave danger.

Mais Mercure ne peut se résoudre à suivre Neptune dans cet épais brouillard et ce dernier parvient à la porte avec Venus qui sanglote toujours.

Neptune : N'entends-tu pas la musique ?

Venus : Si, mais je m'en fiche, je suis moche et vieille. Personne ne m'aimera plus jamais.

Neptune : Es-tu sûre de cela ? Ecoute bien cette mélodie en toi.

Venus finit par écouter les conseils de Neptune et prête attention à ce qu'elle entend, elle distingue le charme du piano à peine audible comparé à la mélancolie des violons. Puis, elle ne retient que le piano et commence à chanter les notes que celui-ci émet. Doucement, elle répète et répète la mélodie jusqu'à ce que la chaleur d'un sentiment de bien-être se fasse à nouveau sentir dans son cœur, elle regarde Neptune stupéfaite et souriante.

Venus : J'aime cette mélodie et plus je l'entends plus je l'apprécie, je ne perçois plus que le piano, pourquoi ?

Neptune : Regarde-toi !

N'ayant plus peur de ce qu'elle pourrait découvrir, elle pose ses yeux sur son reflet dans l’eau, arrivée maintenant à ses genoux. Elle y découvre de nouveau la jeunesse et la beauté, elle embrasse Neptune de bonheur.

Venus : L'amour n'a pas besoin de beauté extérieure n'est-ce-pas ? Est-ce cela ma leçon ?

Neptune lui fait un clin d'œil et l'invite à regarder les écrans. Il lui indique la sortie que Jupiter a pris en son absence et lui fait signe de ne pas avoir peur de la franchir, il la câline et repart aider Mars.

Celui-ci voit Neptune avancer vers lui et hurle aux autres de l'aider. Il ne peut se battre, il ne peut plus vaincre, il est devenu handicapé. Neptune le prend dans ses bras et l'entraîne dans le brouillard.

Pluton demande aux autres ce qu'il se passe mais personne ne veut lui répondre, Uranus essaye toujours de regagner sa liberté dans ce corps statufié, Lune semble toujours absente sans émotions pour ce qui l'entoure, Mercure a mis à l'abri Saturne sur un petit perchoir mais lui a cassé le bras gauche dans la manœuvre. Soleil est encore inerte et Mercure ne parvient pas à le soulever. Personne n’a fait attention à lui dans la panique, mais le constat est sans appel : Soleil est mort, noyé.

Malgré les tentatives d’uppercut de Mars, Neptune ne lâche pas prise et explique à celui-ci que ce n'est pas un handicap physique, quel qu’il soit, qui témoignera de sa capacité à agir et à vivre pleinement comme il l’entend. Remerciant finalement Neptune et s'excusant platement de son attitude, Mars lui demande s'il peut aider maintenant qu'il a retrouvé ses fonctions motrices mais Neptune lui souligne que l'expérience doit être individuelle pour pouvoir être transcendée. Mars reste dubitatif, la spiritualité étant un concept bien peu en accord avec sa nature.

Puis Neptune aide Saturne à se sentir solide malgré des os brisés et l'encourage à être moins rigide à l'avenir et plus spontané.

Mercure apprend que ce n'est pas parce qu'il a perdu sa voix qu'il ne peut plus communiquer ses idées et que certains silences se révèlent souvent plus forts et plus utiles qu’un flot continu de paroles.

Pluton finit par rire de son ambition qui lui a fait perdre son talent inné : voir au-delà des apparences. Il reconnaît s'être trompé et qu'il n'est pas infaillible. Il discute longuement avec Neptune sur ce qui les rapproche et les sépare : deux visions au service de la découverte de soi, l'une se dirigeant vers la compréhension personnelle et interne, l'autre élevant celle-ci à un concept de dimension supérieure. Pluton admet que l'espoir que Neptune met dans la tentative d'élever les esprits à leur pleine conscience et à une spiritualité collective est un pari magnifique et l'encourage à persévérer. Sans Neptune, il n'y a aucune cohésion à petite ou grande échelle, telle est la conclusion de Pluton.

Neptune aide alors Uranus avec difficulté, celui-ci ne comprenant pas immédiatement le bien fondé d'être bloqué dans son corps tandis qu'il recherche la liberté. C'est un paradoxe que Neptune tente d'éclairer en entamant un monologue. En effet, après plusieurs heures, ne pouvant ni fuir la discussion, ni répondre à Neptune, Uranus finit par remarquer qu'il peut éviter d'écouter son collègue en entrant plus en avant dans sa prison intérieure. C'est à ce moment qu'Uranus comprend qu'à l'intérieur de lui subsistera toujours ce petit coin de liberté même si des circonstances extérieures l'en ont privé.

Neptune utilise alors tous les câlins et les tendresses possibles pour faire ressentir à Lune de nouvelles émotions. Celle-ci le rejette plusieurs fois avant de constater que par ce rejet elle exprime finalement des émotions. Elle se met à ressentir les choses de nouveau dans le bon sens et s'inquiète pour Soleil qu'elle a abandonné.

Neptune : Ne t'inquiète pas. J'ai choisi d'aider Soleil en dernier car il est le plus fort d'entre nous, encore faut-il qu'il ait une conscience moins égotique ! J'y vais. Toi, franchis cette porte, nous nous retrouverons de l'autre côté.

Neptune se penche sur Soleil et lui touche l’épaule. Soleil revient à lui mais se rappelle instantanément que Lune l’a abandonné, que les autres se sont détournés de lui en le laissant mourir trop occupés à se regarder le nombril. Il se sent trahi, eux qui se disaient être des amis, eux qui disaient qu’ils l’aimaient… Il est maintenant terrorisé d'être tout seul, au comble du désespoir lorsqu'il se regarde, éteint.

Neptune : Quelle mélodie entends-tu ?

Soleil : Aucune ! Je suis triste, désespéré, Lune m'a abandonné, les autres aussi. Je n'ai plus aucune vie, aucune chaleur, je suis seul et perdu, personne ne s'intéresse à moi. Même toi, … C’est du mensonge tout ça… Tu fais ta bonne action, pour te donner bonne conscience mais au fond tu t’en fiche de moi…

Neptune : Bien… Je comprends… Préfères-tu que je te laisse à ton amertume et que je franchisse la porte seul ?

Neptune soulève les bras et le brouillard disparaît permettant à Soleil de voir l'immensité de la pièce XII ainsi que la porte de sortie. Paniqué, il se lève mais ne parvient pas à toucher le sol, il se débat et hurle. A sa grande surprise, il voit des bulles s'échapper de sa gorge. Il lance un regard interrogateur et méfiant à celui qu'il considère désormais comme son ex-ami.

Neptune : Oui Soleil, tu es sous l'eau... Alors que ressens-tu ?

Soleil, toujours affolé, tente de nager mais n'y parvient pas ; il attrape Neptune qui se dégage et lui fait signe de venir vers lui. Soleil le maudit de tant de cruauté. Puis soudain, Soleil se surprend à constater que s'il nage c'est qu'il n'est pas mort, qu'il peut donc vivre sous l'eau et qu'un nouveau monde totalement inconnu et dangereux pour lui auparavant, peut se transformer en un territoire de jeu et de nouveaux apprentissages.

Soleil : Je ne suis pas mort ! Je vis sous l'eau ! Je n'ai plus de rayons… Bon d’accord… Mais du coup je n'ai pas pu mourir. Comme c'est beau ! Mais qu'est-ce que j'entends ? C'est cela la musique ? Oh, Neptune, c'est grandiose !



Neptune entraîne Soleil vers les écrans tandis que le niveau de l'eau descend. Lorsqu'ils ont les pieds au sec, Soleil voit revenir ses rayons et sa chaleur naturelle, il sert Neptune dans ses bras et se concentre. Il émet alors les plus beaux rayons qu'il n'aurait jamais pu penser émettre et la pièce se colore d'étoiles.

Neptune : Tu vois ces paillettes dans le ciel ? Ce sont les espoirs de chacun d'entre nous… Tant que tu vivras,  ils brilleront pour l’éternité…

Soleil observe le ciel étoilé et un sentiment de plénitude l'envahit, il comprend son importance dans le Grand Tout et regardant les écrans, apprend comme les autres les dernières valeurs de cette pièce. Il écrit les dernières lignes de sa fiche signalétique et lorsque les anges demandent le mot de passe, il regarde Neptune.

Soleil : « Nous sublimons » ?

Neptune acquiesce de son plus beau sourire et invite Soleil à franchir la porte à ses côtés, il regarde le symbole de celle-ci mais ne distingue rien.

Soleil : Il n'y a pas de chiffres sur celle-là tiens !

Neptune : C'est parce que notre quête des pièces est terminée, nous revenons à notre point de départ.

Soleil : Ah ?… Mais, nous sommes enrichis de belles expériences !

Neptune : En effet !

Tous les deux retrouvent leurs amis dans la nouvelle pièce aux lumières tamisées. Tous s'excusent de leur ingratitude première vis-à-vis de Neptune, ils rient quant à leurs expériences visualisées sur les uns et les autres : le recul sur eux-mêmes est une leçon édifiante. Jupiter fait remarquer qu'ils ont tous caché leurs peurs mais aussi leurs désirs et leurs joies et qu'il est préférable maintenant, même si chacun à un but et un rôle propre, de s'unir pour une bonne cause. Après avoir échangé leurs points de vue respectifs, les planètes jaugent la pièce dans laquelle ils se trouvent.

Mercure : Vous discernez quelque chose ici ?... Moi rien, que faisons-nous ?

Pluton : Hum... Je pense que ce n'est pas fini, n'est-ce-pas Nept ?

Neptune : Ça n'est que le commencement en effet…

Saturne : Et bien mes amis, attendons...

Venus surprend les autres en leur faisant signe de se taire, elle tend l'oreille et indique un bruit venant de l'ouest. Tous écoutent attentivement les pas de plusieurs individus venant dans leur direction.

Mars : Qui est là ?

Personne ne répond. Le son devient néanmoins de plus en plus perceptible et la menace semble se rapprocher.

Mars : Allez-vous répondre ! Qui est là ?

Des deux côtés la tension monte. Le petit groupe venant à la rencontre des planètes est terrorisé mais en a reçu l'ordre par les anges. Les cœurs s'accélèrent : Soleil est prêt à décocher ses rayons, Mars se saisit de sa lance, Mercure prend un crayon dans son sac (la mine pouvant crever un œil), Jupiter fait un sourire à Lune et Venus pour dédramatiser la situation, tout en leur offrant d’être leur bouclier en déployant sa bonhommie naturelle.

Soudain, une forte lumière les aveugle...



Les précédents épisodes :
A travers la Maison I - De l'éveil solitaire...
A travers la Maison II - De l'acquisition partielle...
A travers la Maison III - De l'idée neuve...
A travers la Maison IV - De l'émotionnel rêvé...
A travers la Maison V - De l'amour noble...
A travers la Maison VI -  De ces petits riens...
A travers la Maison VII - ... Aux identités sociales
A travers la Maison VIII - ...Aux introspections totales
A travers la Maison IX - ...Aux horizons élargis 
A travers la Maison X - ...Aux ambitions concrétisées
A travers la Maison XI - ...Aux amitiés tout azimut

© Tous droits réservés - Estelle Galliot pour le texte
Reproduction totale ou partielle interdite sans autorisation écrite de l’auteur.

http://astropassionnement.blogspot.fr/ 
Si vous voulez être averti(e) par mail de la parution d'un de mes articles, saisissez votre adresse électronique dans la case "Follow by Email" (colonne de gauche de mon blog). 
Vous pouvez aussi vous abonner à ma page Facebook  https://www.facebook.com/annemarie.cutino

2 commentaires:

  1. ������J'ai bien aimé, l'aventure passionnante des planètes dans la chambre 12, j'ai la Lune dans cet habitat pas si sombre que cela et très lumineux sur le plan intérieure ������������������

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui moi également. Merci à toi et très joyeux Noël

      Supprimer